réseau médicaments et développement
Mise à jour :  13/11/14

Réseau Médicaments et Développement

 

 

english

carnet d'adresses

liens utiles

nous soutenir

! Soutenir notre action

Politique pharmaceutique de la Côte d’Ivoire

 
Fiche d’identité de la Côte d’Ivoire
 
Superficie: 322 462 km²
Population : 19,8 millions (2012)
Taux de croissance de la population : 2.3% (2012)
Population urbaine : 52 % (2012)
Espérance de vie à la naissance : 50 ans (2012)
Croissance du PIB (%annuel) : 9,5 (2012)
Taux annuel d’inflation (% annuel) : 1,3 % (2012)
Aide Publique au Développement, Nette($courant): 2 635 630 000$ (2012)
Dépenses de santé (% du PIB) :7,1 (2012)
 
Le système de santé
 
Taux de mortalité des moins de 5 ans : 108%o (2012)
Taux de mortalité infantile : 102%o (1999) / 76 %o (2012)
Prévalence VIH/sida chez les adultes : 3,2% (2012)
Nombre de prescripteurs : 9 médecins pour 100 000 habitants (1998) / 23,8 médecins pour 100 000 habitants (4328 médecins en 2007)
Nombre d’infirmiers : 10 180 (2004)
Nombre de chirurgien-dentistes : 593 (2007)
Nombre de laboratoires d’analyses biologiques et médicales : 19 (2007)
Dépense publique de santé : 1.2% (1998)
 
Le secteur pharmaceutique
 
A. Données générales
 
1. Données économiques
 
Exportations pharmaceutiques françaises en Afrique francophone (milliers de francs)
 

 

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

milliers de FF

556 059

573 255

526 474

366 076

478 682

476 940

528 814

553 678

522 330

534 874

638653

 
2. Ressources humaines
 
> 1053 pharmaciens en 2008 : 657 titulaires, 121 assistants
 
3. Organisation du secteur pharmaceutique
 
Secteur pharmaceutique public

La Côte d’Ivoire compte 83 districts sanitaires et chacun dispose d’une pharmacie. Ces pharmacies sont chargées d’approvisionner les établissements de premiers contacts en médicaments. En 2007 notre pays comptait pour le secteur public 1 591 Etablissements Sanitaires de Premiers Contacts dont 1 119 Centres de Santé Ruraux (CSR), 317 Centres de Santé Urbains (CSU) (y compris ceux à base communautaire), 122 Centres de Santé Urbains Spécialisés (CSUS), 31 Formations Sanitaires Urbaines (FSU) (y compris ceux à base communautaire). Chaque structure de référence comprend en son sein une pharmacie, aussi nous avons 77 établissements sanitaires de première référence dont 58 Hôpitaux Généraux (HG), 17 Centres Hospitaliers Régionaux (CHR) et 2 Centres Hospitaliers Spécialisés (CHS) et 9 établissements sanitaires de deuxième référence dont 4 Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) et 5 Instituts Nationaux de Spécialisés (INS). 
Les structures sanitaires publiques détiennent et délivrent les médicaments. Elles contribuent à la promotion des médicaments essentiels génériques. Les pharmaciens hospitaliers ont en charge la gestion du médicament. Les pharmacies hospitalières détiennent les stocks utilisés par les patients hospitalisés. Ils sont aussi amenés à délivrer des médicaments aux patients des consultations externes.
 
La Pharmacie de la Santé Publique de Côte d’Ivoire (PSP-CI), Etablissement public national à  caractère industriel et commercial, a changé de statut en 2013. Elle est désormais une Association Sans But Lucratif (ASBL), avec une nouvelle appellation, Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique de Côte  d’Ivoire (NPSP-CI).
Elle vend ses produits pharmaceutiques aux formations sanitaires publiques et aux associations à but non lucratif.

 
Le Laboratoire National de santé publique (LNSP) est un établissement public à caractère administratif (EPA) créé en 1991. Il est le laboratoire de référence en matière d’expertise analytique physico-chimique et biologique pour le ministère de la Santé et de la Protection sociale. Ses attributions couvrent le contrôle de qualité des médicaments mais également, le contrôle de la conformité des produits destinés à la consommation, les analyses médicales, la microbiologie médicale et industrielle, la toxicologie, la radioprotection. En 2007, le nombre de lots analysés pour le médicament correspondait à 3 % du total des lots analysés par le LNSP dans les autres domaines. En 2008, le contrôle de qualité des médicaments a connu un fort accroissement du fait de l’obligation de procéder à l’analyse de tous les lots soumis à l’enregistrement à la DPM.

La Direction de la Pharmacie et du Médicament
L’arrêté n° 297 MSP/CAB/DGS/DPM du 13 décembre 2006 fixe les attributions, l’organisation, et le fonctionnement de la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM), conformément au décret n° 2006-33 du 08 mars 2006, portant organisation du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique. La DPM est une Direction Centrale du MSHP qui a pour missions d’élaborer, de mettre en oeuvre et de veiller à l’application de la politique pharmaceutique nationale. A ce titre, elle est chargée :

- (i) de l’élaboration des projets de textes législatifs et réglementaires en matière d’enregistrement de médicaments y compris des substances vénéneuses, des produits diététiques, cosmétiques et d’hygiène dans les secteurs publics et privés ,

- (ii) de l’application des Conventions et Traités internationaux relatifs aux stupéfiants et aux substances psychotropes,

- (iii) de la réglementation des professions de pharmacie et de laboratoires d’analyses médicales,

- (iv) de l’établissement et de l’entretien des relations avec les organisations professionnelles de pharmacie et de laboratoires d’analyses médicales,

- (v) de l’organisation de la pharmacovigilance,

- (vi) de l’organisation de la lutte contre le trafic illicite de médicaments, stupéfiants et substances psychotropes ainsi que de la participation à la lutte contre la toxicomanie,

- (vii) de la promotion et de la mise en oeuvre du plan de développement de l’industrie pharmaceutique.

Organisation de la DPM et présentation de ses activités

Le Secteur pharmaceutique privé

> 689 pharmacies en 2007
> 520 dépôts pharmaceutiques en 2007

En Côte d’Ivoire, trois grossistes privés assurent la distribution du médicament, garantissant une accessibilité géographique de façon régulière sur toute l’étendue du territoire national : LABOREX, COPHARMED, DPCI.
Les grossistes répartiteurs privés assurent la distribution du médicament et du consommable médical essentiellement aux officines privées de pharmacie. Ils s’approvisionnent par un bureau d’achat (central d’achat) généralement basé en France.

La Côte d’Ivoire compte essentiellement neuf unités de production pharmaceutique : GALEFOMY, S-TERRE, ROUGIER-PHARMA, PHARMIVOIRE NOUVELLE SA, OLEA, CIPHARM, LPCI, DERMOPHARM, LIC PHARMA

 
B. Politique pharmaceutique
 
1. Législation et réglementation des médicaments
 
La politique pharmaceutique en Côte d’Ivoire a été adoptée en 2009.
Politique Pharmaceutique Nationale 2009
 
2. Sélection des médicaments et des produits pharmaceutiques
 
Il existe une liste de médicaments essentiels ainsi qu’une commission chargée de la réactualiser.
Pour la télécharger:
La liste des médicaments essentiels de Côte d’Ivoire 2014

Il existe des procédures formelles pour l’homologation des médicaments, une commission d’homologation
.
Modalités d’enregistrement des médicaments génériques
Modalités d’enregistrement des spécialités pharmaceutiques
Modalités d’enregistrement des laits et farines infantiles
Demande d’importation de dons de médicaments et/ou matériel biomédical
 
3. Approvisionnement
 
La Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique s’approvisionne en médicaments sous DCI par appel d’offre restreint après pré-sélection des fournisseurs. Il existe un système de suivi des fournisseurs.
Des échantillons sont envoyés au laboratoire de contrôle de qualité local ou au Niger.
 
4. Coût des médicaments et politique des prix
 
La substitution de la spécialité par un générique est légale.
Il n’existe pas de système de surveillance des prix des médicaments.
Incitations économique à la production de médicaments : dispense de taxe pour les matières premières, préférence locale
de 15%.
 
5. Usage des médicaments et informations pharmaceutiques
 
Il n’y a pas de formulaire national des médicaments essentiels mais un guide thérapeutique national a été publié en 2013.
Recueil des protocoles thérapeutiques nationaux des pathologies 2013

Il n’existe pas de centre d’information sur le médicament, ni de publication de journaux pharmaceutiques indépendants.
Il existe des comités thérapeutiques dans les grands hôpitaux.
Le concept de médicaments essentiels fait partie des programmes de formation initiale du personnel de santé
Il y a eu plusieurs campagnes d’information et d’éducation sur les MEG.
 
Quelques documents :
Etat des lieux de la pharmacovigilance des antirétroviraux en Côte d’Ivoire en 2008
Fiche de notification des éffets indésirables, des médicaments, vaccins, produits de santé

Sources :


Indicateurs de la Banque Mondiale, http://donnees.banquemondiale.org/indicateur  consulté le 17/06/2014

Sites web de :
OMS et OMS/AFRO
Direction de la Pharmacie et du Médicament
Ordre des pharmaciens de Côte d’Ivoire
Ordre des médecins de Côte d’Ivoire
Ministère de la santé et de l’hygiène publique
 
 

   Nous contacter         Qui sommes-nous?         Carnet d’adresses         Agir avec nous

réseau médicaments et développement

 

! Toutes les données de ce site sont en libre accès sous réserve d’en citer  la source en cas d’utilisation.