réseau médicaments et développement
Mise à jour :  13/11/14

Réseau Médicaments et Développement

 

 

english

carnet d'adresses

liens utiles

nous soutenir

! Soutenir notre action

Politique pharmaceutique du Burkina-Faso

 

La liste des médicaments essentiels du Burkina Faso (2007) Liste médicaments essentiels  Burkina
Formation des pharmaciens pour la gestion et la dispensation des ARV au Burkina Faso formation pharmaciens gestion et dispensation ARV Burkina
Normes et protocoles de prise en charge des personnes vivant avec le VIH au Burkina Faso 2008 protocoles de prise en charge PVVIH Burkina

Fiche d’identité du Burkina Faso

Superficie: 274 000 km²
Population : 11,2 millions en 1999 / 13,9 millions en 2005
Taux de croissance de la population : 2,5% (1999) / 2,8 % (2005)
Population urbaine : 17,9% en 1999 / 18,3 % en 2005
Espérance de vie à la naissance : 46,1 ans [femme:47/homme:45,1] (1999) / 50,7 ans [femme : 52,9/homme : 49,8] (2005)
PIB PPA (Parité du Pouvoir d’Achat) par habitant : 965 $ (1999) / 1213 $ (2005)
Taux annuel d’inflation : 7% (1990-96)
Dette extérieure : 1,3 millions $US (1996)
Aide publique au développement, nette :
- 418 millions $US (1996) / 659,6 millions $US (2005)
- 39 $US par habitant (1996) / 49,9 $US par habitant (2005)

 Le système de santé

Taux de mortalité des moins de 5 ans: 199 %o (1999) / 191%o (2005)
Taux de mortalité infantile : 106%o (1999) / 93 %o (2005)
Taux de mortalité maternelle : 484 pour 100 000 naissances (2000) / 700 pour 100 000 naissances (2005, données ajustées)
Prévalence VIH/sida chez les adultes : 140 000 (2005)
Nombre de prescripteurs : 4 médecins pour 100 000 habitants (2000) / 6 médecins pour 100 000 habitants (789 médecins en 2004)
Nombre d’infirmiers : 5518 en 2004
Nombre de chirurgiens-dentistes : 58 en 2004
Nombre de laboratoires d’analyses biologiques et médicales : 37 en 2006
Nombre d’habitants/lits hospitaliers : 3 392 (1990-94)
Dépense publique de santé : 33,121 milliards de Fcfa (1998), soit 1,2%/PIB

Le secteur pharmaceutique

A.Données générales

1.Données économiques

- Dépenses publiques en médicaments : 807 874 000 millions de Fcfa 
- Valeur totale des importations de médicaments : 16,9 milliards de Fcfa (2001)
- Valeur totale des importation en MEG : 3,363 milliards de Fcfa (1997)
- Valeur totale des ventes de MEG : 5 milliards de Fcfa (1999)

 Exportations pharmaceutiques françaises en Afrique francophone (milliers de francs français)

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1999

2000

2001

milliers de FF

73 228

79 171

87 185

61 392

69 561

76 485

89 467

17 0793

125 530

121 733

2.Ressources humaines

> 250 pharmaciens, 140 préparateurs en pharmacie en 2001.

> 300 pharmaciens, dont 200 d’officine et 100 hospitaliers, en 2006. 22,67 pharmaciens par million d’habitants en 2006.

3.Organisation du secteur pharmaceutique

Secteur pharmaceutique privé:

Evolution du nombre de points de vente, de grossistes et d’industries dans le secteur pharmaceutique privé

1985

1994

1996

1998

2001

2006

pharmacies

57

62

79

97

121

159

dépôts

300

392

498

506

402

600

total

357

454

577

603

523

759

Nb grossistes

 

3

4

4

4

Nb industries

 

2

2

2

2

Grossites-répartiteurs :

Cophadis, SA créée en 1993 et dont le chiffre d’affaire s’élevait à 6 milliards de Fcfa en 1997.
Laborex, société créée en 1994 et dont le chiffre d’affaire s’élevait à 3,4 miliards de Fcfa en 1997.

Industries pharmaceutiques :

Medifa
est une entreprise publique créée en 1989 qui fabrique des génériques et  des solutés massifs. Son chiffre d’affaires en 1996-1997 s’élevait à 666 666 $US.

U Pharma IRSS est une entreprise publique qui a été créée en 1991 et qui fabrique des génériques (3 formes sèches). Son chiffre d’affaires s’élevait à 11 895 $US en 1996-1997.

Sopal : entreprise privatisée en 1998, qui produit de l’alcool pharmaceutique.

Il existe une unité de production de médicaments à base de plantes à Banfora vendus en officine.

Secteur pharmaceutique public ou à but non lucratif:

La CAMEG (Centrale d’Achat en Médicaments Essentiels générique), créée en 1994,  est une structure d’achat et d’approvisionnement et une association à but non lucratif, qui vend des médicaments essentiels génériques aux formations sanitaires publiques et aux associations  but non lucratif. Son chiffre d’affaires en 1997 s’élevait à 2,4 milliards de Fcfa et à 3,7 milliards de Fcfa en 1998.

B. Politique pharmaceutique

1.Législation et réglementation des médicaments

Il existe une Direction des Service Pharmaceutiques.
La politique pharmaceutique au Burkina-Faso a été adoptée en 1996 et son plan directeur en 1998.
La législation a été réactualisée durant ces dix dernières années?
Le service d’inspection est peu développé.

2.Sélection des médicaments et des produits pharmaceutiques

Il existe une liste de médicaments essentiels ainsi qu’une commission chargée de la réactualiser (dernière réactualisation en 1997).
Nombre de médicaments sur la liste nationale de médicaments essentiels : 227 en 1997 / 432 en 2007.
Il existe des procédures formelles pour l’homologation des médicaments, une commission d’homologation.
Nombre total de médicaments homologués (sous forme de présentations) : 2354 (1998).

3.Approvisionnement

La CAMEG s’approvisionne en médicaments sous DCI par appel d’offre restreint après pré-sélection des fournisseurs. Il existe un système de suivi des fournisseurs. Des échantillons sont envoyés au laboratoire de contrôle de qualité de Niamey (Niger), LNSM (Mali), Standart Board (Ghana), CHMP (France), SGS-Simon (Belgique).

4.Coût des médicaments et politique des prix

Les prix des médicaments sont réglementés :
- prix des spécialités: marge max de 23% pour les grossistes, libre pour les pharmaciens (conseillé 32%)
- prix pour les médicaments génériques : marge max de 25% pour les grossistes, prix public fixé par arrêté conjoint du ministère de la santé et du ministère du commerce, révisé chaque année.

Il existe des mesures incitatives pour amener le secteur privé à vendre des MEG à bas prix : le respect de l’arrêté.

Il existe un système de surveillance des prix des médicaments, mais ne dispose pas de réels moyens pour surveiller les prix.

Les pharmaciens ont le droit de substituer des médicaments génériques à des  médicaments de marque.

Incitations économique à la production de médicaments : dispense de taxes pour la matière première, préférence locale de 15%. La préférence locale de 15% ne suffit pas pour rendre les prix compétitifs.

5.Usage des médicaments et informations pharmaceutiques

Un formulaire national des médicaments essentiels a été publié en 1989.
Il n’existe pas de guide thérapeutique national mais un arbre de décision publié en 1995 (organigramme).

Il existe un centre d’information sur le médicament, le Cedim qui a publié quelques numéros d’une revue indépendante d’informations pharmaceutiques.

Il n’existe pas de comités thérapeutiques dans les grands hôpitaux.
Une campagne d’information et d’éducation sur les MEG est en cours.

Il existe deux associations de consommateurs actives dans ce domaine, la Ligue nationale des consommateurs et l’Association des consommateurs du Burkina-Faso.

Sources :
Rapport mondial sur le développement humain 2001, PNUD
OMS-rapport mondial sur le santé 2006
Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso
Direction des relations économiques extérieures
African developpement indicators (1998/199), The World Bank, Whashington D.C.
Cameg-Burkina Faso
Direction des Services Pharmaceutiques de Ouagadougou
Cedim, Ministère de la Santé
 

   Nous contacter         Qui sommes-nous?         Carnet d’adresses         Agir avec nous

réseau médicaments et développement

 

! Toutes les données de ce site sont en libre accès sous réserve d’en citer  la source en cas d’utilisation.